Voyager léger :le mode d’emploi du capoeiriste

Voyager léger :le mode d’emploi du capoeiriste

Temps de lecture: 4min33

Je suis en ce moment même dans le bus direction la gare routière de Lisbonne. De là j’irai prenre l’autobus pour la ville de Sines. Sines est connu pour être la ville où le  navigateur Vasco de Gama est né.

Il est 14h11, le thermomètre affiche 33°, et je savoure enfin mon premier répit de la journée. J’ai bien cru que je n’allais jamais partir de Paris, de Beauvais même qu’est ce que je raconte !

On y reviendra à la fin, ce n’est pas de ça dont je voulais te parler mais de l’art de voyager léger. Nous  avons un vilain défaut, celui de transporter plus d’affaires qu’il n’en faut.

On charge les bagages, luttent pour tirer la fermeture éclair et boucler la valise pour au final n’utiliser que le tiers de ce qu’elle contient.

Comment en somme nous arriver là ? Existe-t-il des astuces ou des moyens pour ne plus se faire avoir et utiliser la totalité des vêtements que nous emmenons avec nous ?

Radicalité

Choisir est un acte pesant. Faire un choix demande du temps et de l’énergie. Plus les possibilités sont variés plus nous finissons épuisé mentalement après avoir décider.

Au moment de faire ta valise tu dois faire preuve de radicalité. Tu effectues une première sélection, puis tu affines au fur et mesure cette sélection pour te retrouver uniquement avec le minimum vital.

Marc Zuckerberg, le CEO de Facebook, a porté pendant très longtemps la même tenue.

A première vue on pourrait dire que c’est ridicule. Un des hommes le plus fortunés de la planète qui porte la même tenue tous les jours. Avec tout l’argent qu’il a, il pourrait se faire plaisir quand même.

En vérité, ce choix est extrêmement réfléchi. Diriger Facebook lui demande de prendre des décisions importantes tout au long de la journée. Hésiter entre porter une chemise beige ou une chemise bleu turquoise est un luxe qu’il ne peut pas se permettre. En réduisant la quantité de choix qu’il a  au quotidien il peut se focaliser davantage sur les autres décisions.

La prochaine fois que tu te retrouveras devant ton sac. Sois sans pitité! On épure au maximum.

 

L’ Esprit léger

É ligeiro, é ligeiro Paraná. Eu tambem sou legeiro Paraná. Comme le dit la musique, le capoeiriste est léger. Son corps est léger, son sac de voyage est léger et par-dessus tout son esprit est léger.

Voyager léger nous procure de la confiance, nous aide à relativiser.

5h47 mon réveille sonne. J’appuie sur le bouton « snooze ». 6h10 je me réveille en panique, a peine le temps de prendre une douche et de remplir mon sac en 10 minutes que je suis déjà parti de la maison.

En courant jusqu’à la gare je me revois en train de charger mon sac pour m’assurer que je n’ai rien oublié. Tout y est sauf mon k-way, mais c’est trop tard pour faire marche arrière, il est déjà 6h41. Mon covoiturage est a 7h20. Je ne vais tout de même pas faire attendre les autres passagers.

7h21, me voilà sur le lieu de rendez-vous, à cote de la mairie de Saint-ouen. Toujours pas de voiture…

7h33, Céline arrive enfin, je l’excuse pour son retard mon vol est à 10h30. J’avais prévu large. Enfin c’était ce que je croyais…

Relativiser et toujours prévoir l’imprévu

Je me présente au balcon de la Ryanair pour m’enregistrer. A ma grande surprise, mon interlocutrice me dit qu’il faudra payer une taxe pour retard d’enregistrement. Pourtant je n’ai pas de bagage en soute, il n’est pas encore 9h je suis dans les temps.

Sauf que Ryanair est une compagnie à part. L’enregistrement en ligne est obligatoire et réalisable 2h avant le décollage. J’étais arrivé 9min trop tard…

Ma carte d’embarquement en main je me présente devant la file d’embarquement. Un agent me dit qu’il est impossible de voyager avec deux bagages cabines. J’avais mon sac à dos et mon cavaquinho. Le sort s’acharne.

J’étais a deux doigts de m’énerver, et pourtant je suis loin d’être une personne colérique. En bon capoeiriste, j’ai dû cette fois-ci jongler pour ne pas payer une nouvelle taxe. La preuve en image.

Sur l’image, tu peux  apercevoir mon cavaco dans un sac et à côté se trouve mon sac à dos.

Après toutes ces déboires j’ai pu enfin me rendre dans l’avion pour Lisbonne.

Au final, même si j’étais scotché par tant de roublardise de la part de Ryanair, ces petits incidents n’ont en rien affecté mon humeur chaque péripétie que tu rencontres doit être traité avec légèreté. Le positif dans tout ça est que :

  • je t’en parle, par conséquent tu ne feras pas les même erreurs que moi.
  • je me retrouve avec un nouvel article où tu pourras apprendre de nouvelles choses.
  • j’ai quand même eu de la chance dans mon malheur . Je suis tombé sur du personnel compréhensif et à l’écoute.

 

Laisse ton commentaire avant de partir