Stress, fatigue chronique : la capoeira peut-elle y répondre ? (partie 1)

Dans un précédent article, nous avons abordé le sujet du stress, nous en avons donné une petite définition et donner quelques solutions pour le diminuer lorsqu’il est ponctuel. Je t’invite à lire l’article si ce n’est pas déjà fait en cliquant ICI!

 

Le stress est souvent considéré comme négatif or elle n’est qu’un ensemble de réactions de l’organisme devant une situation donnée. En revanche, être en permanence en état de stress est délétère pour notre corps. Si comme moi tu habites en milieu urbain, alors tu respires un air qui est pollué, soumis au bruit incessant de nos villes, sollicité en permanence par l’agitation qui règne sur ton lieu de travail, dans l’établissement scolaire dans lequel tu te rends, dans les lieux publics ou bien dans les transports en commun. En outre, au niveau alimentaire, tu es loin de consommer des aliments frais et dépourvus de produits chimiques.

Face à toutes ces pressions extérieures notre être se défend tant bien que mal. Mais toutes ces adaptations ont un coût ! Elles nous coûtent nerveusement et nous empêchent de nous épanouir de consacrer du temps, à notre famille, aux amis… à la capoeira 😉

 

Niveau 1 : Stress chronique – phase de résistance

 

Avant de décrire la cascade de réactions causée par le stress, zoomons quelque instants sur les glandes surrénales (G.S), les glandes de l’adaptation et batteries de notre corps!

Les G.S, comme son nom l’indique, sont situées juste au-dessus des reins. Sur l’image ce sont les deux « chapeaux » jaunes au-dessus des deux haricots 😀

glandes_surrénalesChaque glande se divise en deux parties

  • La médullosurrénale, dans cette zone seront sécrétés l’adrénaline et la noradrénaline sur ordre du système nerveux autonome
  • Le cortex surrénalien,  qui lui-même est composé de 3 couches qui chacune produise des hormones stéroïdes
    • La glomérulaire qui fabrique aldostérone
    • La fasciculaire qui fabrique le cortisol
    • La réticulaire qui fabrique la DHEA, androgène (œstrogène et testostérone)

 

Axe HPAQuand le corps est soumis à un agent stressant, le cerveau stimule l’hypothalamus pour qu’il sécrète la CRH, cortico releasing hormon. L’hypothalamus stimule  à son tour l’hypophyse qui active la sécrétion de ACTH, hormone dite corticotrope. Une fois dans le sang l’ACTH provoque la production de cortisol par le cortex surrénalien. Dans notre cerveau, nous avons des récepteurs dits glucocorticoïdes qui vont permettre de réguler la production de cortisol. La boucle est bouclée !!

 

Le cortisol a plusieurs effets. Il permet :

  • La régulation de l’inflammation dans tout le corps et la limitation des phénomènes de nettoyage opérés par le système immunitaire = Accumulation des déchets dans l’organisme et faiblesse éliminatrice (allergies)
  • La production d’insuline via le pancréas pour nourrir les cellules de sucre et en même temps une résistance à l’insuline pour éviter de saturer les cellules en sucre = hyper/hypoglycémie voire diabète
  • Le ralentissement des processus digestifs, assimilatifs et régénératifs = digestion ralentie, difficulté à prendre du poids et faible cicatrisation des plaies
  • La transformation des stocks de lipides et de protides en glucides effectué en grande majorité par le foie
  • La résistance aux hormones thyroïdiennes pour maintenir un rythme cardiaque adéquat = rythme cardiaque élevé

A ce stade l’individu est en stress chronique et les G.S sécrètent énormément de cortisol. L’axe HPA (hypothalamic-pituitary-adrenal axis) est en hyperstimulation, le système nerveux autonome est en mode sympathique, système lutte ou fuite.

 

Niveau 2 Fatigue chronique : encéphalogramme …plat

 

En situation de stress chronique, le système est en état d’alerte et tourne à plein régime ! Le corps produit du cortisol en quantité excessive pour s’adapter aux différents stresseurs. Cependant, si les agents stressants continuent d’agresser l’organisme, alors les G.S s’épuisent et la quantité de cortisol fabriqué chute drastiquement. L’hypothalamus et l’hypophyse ont beau produire de la CRH et de l’ACTH, le cortex surrénalien répond aux abonnés absents… Houston ne répond pas.

 

Enoncé de cette manière tu pourrais te dire qu’effectivement, c’est une bonne chose, les G.S après tout le travail qu’elles ont réalisés ont tout de même le droit de s’octroyer un peu de repos. Grave erreur ! Le problème ici est que le stress lui est bel et bien là, il savoure sa victoire, le corps est épuisé : c’est la fatigue chronique

Le taux de cortisol étant bas, on observe :

  • Un épuisement du système nerveux traduit par une baisse de la motivation et un moral à plat.
  • Une hyperfonction du système immunitaire, avec des maladies auto-immunes qui se développent.
  • Baisse du rythme cardiaque, la tension artérielle est ralentie
  • Métabolisation du sucre fortement réduite
  • Inflammation des tissus, maladies en « ite »

 

Il existe un test simple à réaliser pour savoir si tu es en stress chronique. C’est le test de la pupille. Munis toi d’une lampe torche et éclaire de manière tangentielle ton œil, en faisant cela ta pupille va se contracter. Maintenant observe bien ! Plus ta pupille se relâche rapidement et plus tu es en état de résistance au stress.

Dans le prochain article nous verrons, quels moyens nous pouvons mettre en place pour contrecarrer l’effet du stress et répondre à la question posé dans le titre, à savoir, la capoeira peut-elle répondre ou non à ce phénomène.

 

Sources :

Larousse

Le cerveau à tous les niveaux

Laboratoire de rhumatologie appliqué

 

En savoir plus :

Thèse de Laurence Dejardin : Actualité médicale de la loi de Moïse à travers l’étude du syndrome d’épuisement

Laisse ton commentaire avant de partir