La Capoeira en 7 points

Artigo em português disponível aqui: A capoeira em 7 pontos

capoeira en 7 points

Lutte

 La capoeira est par essence une lutte, les mouvements que l’on rencontre ont été pensés pour mettre hors d’état de nuire toute personne qui essaie de porter atteinte à l’intégrité physique du capoeiriste.

Une réponse qui s’est avéré très utile face aux esclavagistes durant la période coloniale au Brésil.

D’un autre côté  la capoeira est aussi une lutte interne. Elle représente un duel contre soi, pour chaque jour être mieux que la veille tant sur le plan physique que sur le plan spirituel.

 

 Danse

Le pas de base, la Ginga, nous met immédiatement la puce à l’oreille. Elle se caractérise par un balancement plus ou moins rapide. Le mouvement des bras est plus ou moins prononcé selon le toque joué par le berimbau.

Ce simulacre de danse a permis aux capoeiristes de ne pas éveiller les soupçons, permettant ainsi à la capoeira de se renforcer davantage.

 

Art

On définit également la capoeira comme étant un art martial.

La capoeira englobe un ensemble de technique de combat permettant au pratiquant d’atteindre la maîtrise de soi-même quelle que soit la situation, durant ou à l’extérieur de la roda.

Le côté artistique de la capoeira nous oblige en permanence à effectuer les mouvements avec beauté tout en ayant des « lois » imposés : jouer en fonction de la bateria, le respect de son adversaire…

 

Culture

La capoeira est unique car elle a été créée par les esclaves venus d’Afrique, sur le sol brésilien avec une influence des tribus autochtones.

Ce mélange de culture  fait de la capoeira une discipline unique. Cette richesse est notable dans les paroles des musiques où l’on retrouve beaucoup de mots provenant du tupi-guarani*.

D’ailleurs le mot capoeira lui-même est issu du tupi-guarani

 

Thérapie

Si elle est pratiquée de manière régulière, la capoeira est une excellente gymnastique corporelle.

La capoeira sollicite tous les muscles du corps humain, est joué près du sol debout et dans les airs!

Elle convient à tous les âges, et pour preuve! Nous avons encore des maîtres très âgés qui pratiquent encore la capoeira

 

Philosophie

Etymologiquement, le mot philosophie signifie « qui aime la sagesse ». Le maître Pastinha a énormément oeuvré pour rendre les lettres de noblesse à la capoeira.

Elle n’est plus seulement devenue une activité pratiquée par les « malandros *» et les vagabonds. La classe moyenne puis la majorité de la population brésilienne ont reconsidéré la valeur de la capoeira.

 

École

A l’origine, l’école est le temps libre consacré à l’apprentissage, pour se cultiver en opposition au travail où l’on y consacre du temps par nécessité.

De nos jours, énormément de groupes de capoeira ont pris conscience de la facilité à laquelle la capoeira pouvait apprendre des notions simples aux enfants comme les valeurs qui fondent une société : le respect, la camaraderie, l’ordre…

 

Lexique 

tupi guarani: langages des tribus amérindiennes

malandros : voyous, mauvais garçon

Laisse ton commentaire avant de partir