Introduction à la nutrition

Malgré ce que l’on pourrait croire, les études de l’INSEE et de l’OMS affirment que les accidents cardio-vasculaires et les cancers représentent les premières causes de mortalité dans le monde.

Les scientifiques sont unanimes pour démontrer le lien entre la nutrition et l’augmentation des maladies dites de civilisation. Il est regrettable de constater l’augmentation de ces maladies d’autant qu’elle relève d’un manque d’accès à ces informations. Néanmoins j’ai une bonne nouvelle, sur ce site nous essayons justement de lever les zones d’ombre afin de continuer à jouer la capoeira le plus longtemps possible.

champPlusieurs constats peuvent être formulés. Notre alimentation a radicalement changé depuis la fin de la seconde guerre mondiale. En France du moins, nous sommes passés d’une production de nourriture en majorité rurale et artisanale à une production intensive et mécanisé. Les industries agro-alimentaires se sont créés et développés pour satisfaire les besoins en nourriture de la population mondiale. Cependant ces modifications ont entraîné les conséquences que j’ai mentionné dans le premier paragraphe.

Nous en venons naturellement à nous poser les questions suivantes. Qu’est-ce que la nutrition ? Existe-t-il un régime idéal permettant à tout être humain de vivre en bonne santé ? Si oui, de quoi est -il composé ? Quels sont les chemins qui mènent à une dégénérescence du fonctionnement de notre corps humain ?

Je ne compte pas répondre point par point à ces questions, néanmoins, tu seras en mesure de répondre à ces questions à la fin de cet article, de constituer par toi-même ton socle de connaissances et d’effectuer tes propres expériences et tes propres recherches.

Définition

La nutrition est l’ensemble des processus par lesquels un organisme vivant se maintient en bonne santé. On nous parle de santé à tout va ! Mais quelle est la signification exacte de ce mot ? Je définirais la santé comme étant un état de bien-être sur tous les plans : physique, mental, social et spirituel. Etre en santé nous procure l’envie d’accomplir des merveilles chaque jour. C’est un véritable tourbillon qui s’empare de nous. Etre en santé c’est avoir un corps qui répond correctement, avoir des idées claires et ne pas être plongé dans un brouillard mental en permanence. Si jamais tu ne ressens pas au quotidien ces sensations. Je suis dans le regret de t’annoncer que tu n’es pas en bonne santé.

J’aborderai la nutrition sous deux angles :

  • L’angle physiologique
  • L’angle psychologique

 

La physiologie

Lorsque tu ingères un repas, le système digestif se charge de garder les éléments utiles à l’activité du corps et de se débarrasser des éléments inutiles. Il est notre premier système immunitaire, notre première barrière entre le milieu extérieur et intérieur.  Le système digestif à pour porte d’entrée la bouche et prend fin à l’extrémité du gros intestin, appelé aussi anus. Il opère en 4 étapes.

 

Digestion

La digestion réalise le découpage des nutriments, notamment des macronutriments, connu sous le nom de glucides, protides et lipides. Le corps dispose de moyens mécaniques et chimiques pour mener à bien cette tâche. La première transformation se déroule dans la bouche où les aliments sont broyés par les dents, se forme alors le bol alimentaire. Ce dernier descend le long de l’œsophage pour arriver au niveau de l’estomac, les sucs gastriques prennent le relai pour réduire et décomposer une fois de plus les nutriments.

Absorption

fraise collet
Fraise à la confusion en fine batiste, vers 1615-1635, Amsterdam

L’intestin grêle, long d’environ 5 mètres est le siège de l’absorption des produits de la digestion (vitamines, minéraux, oligo-éléments, monosaccarides, acides aminés et acides gras, antioxydant) dans le sang et la lymphe. L’intestin grêle a une superficie d’environ 250 à 350 m² soit l’équivalent d’un terrain de tennis. C’est tout simplement énorme ! La paroi de l’intestin grêle n’est pas lisse, elle est constituée d’une multitude de plis. Ces mêmes plis ont elles aussi une structure particulière en forme de fraise, un vêtement très à la mode au 16eme siècle.

 

Utilisation

Une fois dans le sang, chaque organe recevra les quantités de nutriments nécessaires à leurs besoins. Ces mouvements seront induits par les neurotransmetteurs et les hormones chargés de véhiculé la moindre information.

Elimination

Enfin la dernière étape, l’une des plus cruciale qui consiste à expulser hors du corps tous les déchets produits par les cellules. Comme tout organisme vivant, une cellule naît, se nourrit, respire, se reproduit, rejette des acides et meurt. Ces déchets ont besoin d’être évacués pour favoriser un fonctionnement optimal de tous nos organes.

Ces déchets sont éliminés via les émonctoires : le colon, les reins, la peau, les poumons. Le colon reste notre émonctoire majeur. Nous y retrouvons dedans les matières qui n’ont pu être absorbé comme les fibres ou certains composés à chaines longues qui ont résisté aux attaques des sucs gastriques.

 

La psychologie

 

Manger n’assure pas seulement le travail des organes du corps humain. Nous devons nous interroger sur les raisons qui nous poussent à manger et notre comportement face à la nourriture. Les réponses à ces questions vont varier en fonction de la culture de chaque peuple, de l’éducation alimentaire que nous avons reçue et de notre position géographique.

Toutes les cultures et civilisations accordent une place primordiale à la nutrition et à l’art culinaire. Chacune ayant ses rituels, ses mets et plats favoris et un protocole pour élaborer et consommer les repas.

Nous développons une relation spécifique avec chaque aliment, parfois même très intime. Manger met à l’affut nos sens en commençant par la vue, l’odorat, le toucher, quelque fois l’ouïe et enfin le gout. Des souvenirs et des émotions referont surface à la vue d’un mets. Ces informations, récoltés au fil du temps, formeront peu à peu notre palette alimentaire.

koli_bacteria_escherichia_coli_bacteria_239095Nos intestins sont composés d’environ 3,9.10¹³ bactéries, soit autant voire plus que le nombre de cellules présentes dans notre corps. Notre microbiote intestinale, qui représente l’ensemble des micro-organismes situés dans notre appareil digestif, aide notre système immunitaire à lutter contre les molécules qui n’ont pas été dégradés et assure la formation des selles dans le côlon. Propre à chaque individu, notre microbiote intestinale varie en fonction de la nourriture que nous mangeons. Un déséquilibre du microbiote entraine la prépondérance d’une catégorie de bactérie et favorisera donc l’apparition de troubles alimentaires.

En outre, les intestins au même titre que le cerveau possède son propre système nerveux. Avoisinant les 100 000 de neurones, le système nerveux entérique, appelé ainsi pour le distinguer du système nerveux central, est le principal fournisseur de sérotonine, hormone qui serait en partie responsable des phénomènes de dépression.

Souvent qualifié de deuxième cerveau, notre cerveau ventral est autonome. Il n’est pas forcé d’envoyer les données qu’il collecte au cerveau. Ces faits pourraient expliquer bon nombre de pathologies psychiques encore incomprises aujourd’hui.

 

Le régime idéal

On entend par régime la manière dont un organisme vivant se nourrit. Une jument n’aura pas le même régime qu’un renard compte tenu de la capacité et de l’efficience de leur système digestif. Tu dois cependant bien faire la différence avec la diète qui signifie se priver de certains aliments durant une durée préétablie.

Le régime idéal est par définition celui qui a le meilleur rendement énergétique : un minimum d’effort pour un maximum d’énergie. Il faudra donc privilégier les aliments qui se digèrent facilement, sont absorbés sans provoquer de forts désagréments, mis à disposition rapidement afin d’être utilisé convenablement par les organes et enfin qui ne génèrent pas une abondance de déchets.

Je te l’accorde! Tout est simple dans ce pays imaginaire qu’est la théorie. En pratique, c’est une toute autre affaire où notre vécu, nos appréhensions, nos craintes et nos attentes influencent notre comportement et le jugement que nous allons adopter. Nonobstant, tu as acquis suffisamment de connaissances pour mettre en place l’hygiène alimentaire qui te convient.

 

En Savoir plus

OMS, Principale cause de mortalité dans le monde, mai 2014

INSEE, Principales causes de décès en 2013,

Nick Townsend, Lauren Wilson, Prachi Bhatnagar, Kremlin Wickramasinghe, Mike Rayner, Melanie Nichols, Cardiovas, Cardiovascular disease in Europe: epidemiological update 2016, European Heart Journal, 14 about 2016

Les rencontres de l’Inra au salon de l’Agriculture, Quelles protéines pour une alimentation saine et durable?, 25 fév. 2013

EUFIC, Du bon usage de la biodisponibilité des nutriments, mai 2010

M.Armand, La biodisponibilité des acides gras Est-ce important?, Edimark, juillet -aout 2002

Pr Bertrand Toussaint, Bioénergétique Intro au metabolisme,2011 2012

Pr Bertrand Toussaint, Digestion et absorption des glucides, 2011-2012

Dr Chantal Kholer, L’appareil digestif, 2010-2011

Lydia Ben Ytzhak et Yaroslav Pigenet, Microbiote : des bactéries qui nous veulent du bien, CNRS Le Journal, 30 juillet 2014

Cynthia L. Sears, A dynamic partnership: Celebrating our gut flora, Anaerobe, mai 2015

Marc Gozlan, Combien le corps renferme-t-il de bactéries ?, Blog Sciences et Avenir, 11 janvier 2016

Miriam Gablier, l’intelligence du ventre, site INREES, 21 janvier 2014

3 réflexions au sujet de « Introduction à la nutrition »

Laisse ton commentaire avant de partir