Voyager léger :le mode d’emploi du capoeiriste

Voyager léger :le mode d’emploi du capoeiriste

Temps de lecture: 4min33

Je suis en ce moment même dans le bus direction la gare routière de Lisbonne. De là j’irai prenre l’autobus pour la ville de Sines. Sines est connu pour être la ville où le  navigateur Vasco de Gama est né.

Il est 14h11, le thermomètre affiche 33°, et je savoure enfin mon premier répit de la journée. J’ai bien cru que je n’allais jamais partir de Paris, de Beauvais même qu’est ce que je raconte !

On y reviendra à la fin, ce n’est pas de ça dont je voulais te parler mais de l’art de voyager léger. Nous  avons un vilain défaut, celui de transporter plus d’affaires qu’il n’en faut.

On charge les bagages, luttent pour tirer la fermeture éclair et boucler la valise pour au final n’utiliser que le tiers de ce qu’elle contient.

Comment en somme nous arriver là ? Existe-t-il des astuces ou des moyens pour ne plus se faire avoir et utiliser la totalité des vêtements que nous emmenons avec nous ?

Radicalité

Choisir est un acte pesant. Faire un choix demande du temps et de l’énergie. Plus les possibilités sont variés plus nous finissons épuisé mentalement après avoir décider.

Au moment de faire ta valise tu dois faire preuve de radicalité. Tu effectues une première sélection, puis tu affines au fur et mesure cette sélection pour te retrouver uniquement avec le minimum vital.

Marc Zuckerberg, le CEO de Facebook, a porté pendant très longtemps la même tenue.

A première vue on pourrait dire que c’est ridicule. Un des hommes le plus fortunés de la planète qui porte la même tenue tous les jours. Avec tout l’argent qu’il a, il pourrait se faire plaisir quand même.

En vérité, ce choix est extrêmement réfléchi. Diriger Facebook lui demande de prendre des décisions importantes tout au long de la journée. Hésiter entre porter une chemise beige ou une chemise bleu turquoise est un luxe qu’il ne peut pas se permettre. En réduisant la quantité de choix qu’il a  au quotidien il peut se focaliser davantage sur les autres décisions.

La prochaine fois que tu te retrouveras devant ton sac. Sois sans pitité! On épure au maximum.

 

L’ Esprit léger

É ligeiro, é ligeiro Paraná. Eu tambem sou legeiro Paraná. Comme le dit la musique, le capoeiriste est léger. Son corps est léger, son sac de voyage est léger et par-dessus tout son esprit est léger.

Voyager léger nous procure de la confiance, nous aide à relativiser.

5h47 mon réveille sonne. J’appuie sur le bouton « snooze ». 6h10 je me réveille en panique, a peine le temps de prendre une douche et de remplir mon sac en 10 minutes que je suis déjà parti de la maison.

En courant jusqu’à la gare je me revois en train de charger mon sac pour m’assurer que je n’ai rien oublié. Tout y est sauf mon k-way, mais c’est trop tard pour faire marche arrière, il est déjà 6h41. Mon covoiturage est a 7h20. Je ne vais tout de même pas faire attendre les autres passagers.

7h21, me voilà sur le lieu de rendez-vous, à cote de la mairie de Saint-ouen. Toujours pas de voiture…

7h33, Céline arrive enfin, je l’excuse pour son retard mon vol est à 10h30. J’avais prévu large. Enfin c’était ce que je croyais…

Relativiser et toujours prévoir l’imprévu

Je me présente au balcon de la Ryanair pour m’enregistrer. A ma grande surprise, mon interlocutrice me dit qu’il faudra payer une taxe pour retard d’enregistrement. Pourtant je n’ai pas de bagage en soute, il n’est pas encore 9h je suis dans les temps.

Sauf que Ryanair est une compagnie à part. L’enregistrement en ligne est obligatoire et réalisable 2h avant le décollage. J’étais arrivé 9min trop tard…

Ma carte d’embarquement en main je me présente devant la file d’embarquement. Un agent me dit qu’il est impossible de voyager avec deux bagages cabines. J’avais mon sac à dos et mon cavaquinho. Le sort s’acharne.

J’étais a deux doigts de m’énerver, et pourtant je suis loin d’être une personne colérique. En bon capoeiriste, j’ai dû cette fois-ci jongler pour ne pas payer une nouvelle taxe. La preuve en image.

Sur l’image, tu peux  apercevoir mon cavaco dans un sac et à côté se trouve mon sac à dos.

Après toutes ces déboires j’ai pu enfin me rendre dans l’avion pour Lisbonne.

Au final, même si j’étais scotché par tant de roublardise de la part de Ryanair, ces petits incidents n’ont en rien affecté mon humeur chaque péripétie que tu rencontres doit être traité avec légèreté. Le positif dans tout ça est que :

  • je t’en parle, par conséquent tu ne feras pas les même erreurs que moi.
  • je me retrouve avec un nouvel article où tu pourras apprendre de nouvelles choses.
  • j’ai quand même eu de la chance dans mon malheur . Je suis tombé sur du personnel compréhensif et à l’écoute.

 

Réussir son voyage: capoeiriste voici tout ce dont tu as besoin

Réussir son séjour de capoeira: tout ce dont tu as besoin

 

Temps de lecture 3min31

 

Les voyages dans le cadre de la capoeira sont comme tous les autres types de séjours, il faut bien les préparer. Avec le temps j’ai acquis des réflexes, des méthodes de fonctionnement qui m’ont permis de profiter pleinement de mes voyages.

Je vais donc partager ces méthodes avec toi.

Tes compagnons de voyage

  Qui sont les personnes qui t’accompagneront durant ton voyage? Ces personnes vont grandement influencer le déroulement de ton séjour. Il faut donc les choisir avec soin. Vous devez absolument être sur la même longueur d’onde pour éviter tout conflit.

  Choisis-les en fonction de ce que tu aimes, de ton tempérament, de tes goûts. Le voyage c’est comme être en relation. Il vaut mieux voyager seul que mal accompagné.
  Fuis les voyages en groupe autant que possible, 3 étant le maximum. Il est impossible d’avoir une satisfaction totale avec un groupe qui voyage. Quand toi, tu voudras A, ton voisin voudras faire B et ta meilleure amie voudra visiter C. Vous perdez un temps précieux à décider.

  Si tu es téméraire et que tu aimes l’aventure tu peux même voyager seul. Voyager seul nous pousse à davantage d’actions et à aller vers les autres.

 

Ton équipement

  Nous sommes à l’ère ou Internet est roi. Nous possédons tous plusieurs équipements connectés. A l’heure où tu lis ces mots, tu es certainement derrière ton smartphone, ton pc portable ou bien ta tablette.

  Il peut être utile de ramener l’un de ces objets avec son chargeur et prévois un adaptateur pour le brancher n’importe où. Selon les destinations où tu te rends les normes changent.

  Si comme moi tu aimes filmer des vidéos, ou prendre des photos. Prends avec toi ton équipement photo ou vidéo. Tu auras l’opportunité de graver des moments de ton séjour et de les garder pour la postérité.

Ton bagage

  Oublie la valise et prend un sac à dos. Le problème de la valise est qu’on a toujours tendance à la remplir au maximum contrairement au sac à dos.
Le sac à dos il faut le porter, tu seras donc forcé d’être très sélectif.
  Mine de rien, la valise limite pas mal l’accès à certains endroits. Quand je dis cela, je pense notamment à des pays comme le Brésil où une fois sorti de l’aéroport, faire rouler sa valise devient vite un chemin de croix : les rues sont bondés, les trottoirs sont trop petits et faits de pavés, l’horreur pour faire rouler ta valise.

Ces problèmes tu ne les as pas lorsque tu te déplaces en sac à dos.

Tes papiers

  Cela peut paraître évident mais sans pièces d’identité il te sera impossible de voyager. Évite les vols qui transitent par les Etats-Unis car il faudra te procurer l’ESTA.
  L’ESTA est un visa de transit pour tous les ressortissants non-américains. Il vaut mieux s’éviter de la paperasse inutile et des frais en plus, c’est pourquoi si tu vas au Brésil privilégie les vols directs ou les escales dans les pays européens.

Ta tenue

Retiens bien cette règle de base. Ta tenue de capoeira est la première chose que tu mets dans ton bagage. Sinon tu vas l’oublier !

C’est toujours embêtant de se rendre à un évènement sans tenue ou avec une tenue incomplète.

Philosophie du voyage

  Le point le plus important de l’article se trouve dans les phases qui vont suivre. Voyager est une affaire d’état d’esprit. En voyageant tu vas à la rencontre de l’inconnu et cela demande de l’ouverture d’esprit et de la tolérance.
  Ces voyages vont te permettre non pas de sortir de ta zone de confort mais de l’étendre. Ce qui te paraissait être une prouesse avant se transformera progressivement en quelque chose de familier.

La hiérarchie des mouvements de capoeira

La hiérarchie des mouvements de capoeira

Temps de lecture:3min24

 

En France, les cours de capoeira sont indexés sur le calendrier scolaire. La saison débute en septembre et finit fin juin pour la majorité des groupes de capoeira.

Entre deux saisons, il vaut mieux ne pas arrêter totalement et maintenir une certaine activité. Il faut ce que j’appelle rester en mode veille.

Tous les appareils possèdent deux modes : celui où il est en marche et celui où il est en veille. En marche, l’activité de l’appareil est au maximum alors que pendant la veille on assure le strict minimum de telle sorte que l’appareil puisse fonctionner instantanément si on allume de nouveau.

 

Ton mode veille

A toi maintenant, de déterminer à quoi correspond ton mode veille. Si tu as des difficultés à le définir, je peux te donner quelques tuyaux.

Premièrement, impose-toi des routines journalières. Durant un temps imparti relativement court, entre 5 et 15min selon ton emploi du temps tu effectueras plusieurs répétitions d’un mouvement.

Tu peux tout aussi bien garder la fréquence de tes cours pendant l’année en modifiant uniquement l’intensité de ceux-ci.  Si tu pratiquais une fois par semaine, tu gardes le même rythme en travaillant en douceur.

Cela te permettra de maintenir ton niveau. Quand viendras la reprise tu ne ressentiras aucun signe de faiblesse.

Nous n’avons toujours pas répondu au quoi. Pour répondre au quoi, il faut établir une hiérarchie des mouvements.

Nous allons classer les mouvements de la capoeira par ordre d’utilisation et de fonctionnalité.

 

Le classement

5 Les acrobaties

Les acrobaties sont un plus indéniable dans ton jeu. Elles représentent le moyen le plus facile d’embellir ton jeu.

Néanmoins, ton jeu ne pas être composé uniquement de floreios (acrobaties en portugais) sinon tu ne fais plus de la capoeira mais de la gymnastique acrobatique.

C’est pourquoi nous allons le mettre en bas de l’échelle.

4 Les coups de pieds

Dans la capoeira on utilise principalement les jambes pour attaquer. Il faut travailler tes coups de pieds pour que tes jambes deviennent aussi légères et rapides que des flèches.

Rappelle-toi qu’il vaut mieux travailler 100 fois un coup de pied que 100 coups de pieds une fois.

3 Les quedas

Il n’existe qu’un seul remède contre les coups de pieds, ce sont les quedas. queda en portugais signifie un mouvement ayant pour action de faire tomber quelqu’un.

Les rasteiras, les bandas, les vingativas, les tesouros sont les principales quedas de la capoeira.

 

2 Les déplacements

La capoeira c’est la vie, et la vie est mouvement. Le mouvement nous différencie des morts. Dans la ronde il faut bouger en permanence, tu luttes pour contrôler le centre, atteindre le milieu, être au cœur du cercle.

Il va donc falloir se mouvoir avec intelligence et assurance.

1 La ginga

Pas de base de la capoeira, la ginga est la source de notre jeu. Elle constitue notre principale fondation.  Sans ginga il est impossible de faire de la capoeira. Si tu ne sais pas quoi travailler et que tu manques d’inspiration pendant tes entraînements. Ne réfléchis pas plus et travaille ta ginga.

La ginga est l’oxygène du capoeiriste.

 

De l’élégance par-dessus tout

La capoeira n’est pas une lutte agressive. Elle est bel est bien défensive. En entrant dans le cercle, le capoeiriste provoque son adversaire par sa décontraction et par une mollesse de façade. Son sang froid, lui permet de piquer au bon moment désarçonnant ainsi son adversaire. C’est en ça que réside l’élégance de la capoeira.

Vou vadiar: Peu importe la destination seul le chemin compte

Peu importe la destination seul compte le chemin 

Temps de lecture: 3min46

 

Objet vs expérience

  Nous sommes aujourd’hui le 2 août, date à laquelle je suis né. Le problème avec les anniversaires est que les gens se sentent obligés de te le souhaiter et de t’offrir des cadeaux.

 

 La plupart du temps ces cadeaux finissent au fond d’un tiroir, puis je finis par les donner.  

  

  Quitte à m’offrir des cadeaux, je préférerai de loin recevoir des expériences à la place. Elles ont impact beaucoup plus grand que les objets que l’on possède.  

 

  Les objets que je possède se caractérisent par leur forte valeur ajoutée, leur polyvalence et leur utilité. Ainsi, Je peux davantage porter mon attention sur la qualité de ces objets.

 

  Prenons le cas suivant, j’ai un smartphone car il me permet de rester en contact avec ma famille, mes amis et avec toi bien sûr. Mais aussi je suis capable d’écrire mes articles avec, je peux chercher de l’information par le biais d’une connexion internet et biens d’autres choses encore.

 

Ne rentre pas pour jouer mais pour voyager

Vou vadiar en portugais exprime l’idée de voyage, de vagabondage à l’oisiveté.  

 

  Non pas le vagabondage de mes amis hippies prônant le peace and love et écoutant du Jimmy Hendrix toute la journée. Ni le vagabondage de mes amis rastas écoutant du Bob et fumant la ganja jusqu’au coucher du soleil.  

  Mais un vagabondage réfléchi, construit et non subi. Une errance tournée vers l’action. 

 

Un vagabondage à opposer au travail avilissant. Les romains utilisaient le mot latin« otium » terme désignant le temps qu’une personne consacre à s’adonner à des loisirs studieux.

 

  La capoeira a surgi de cette façon-là, comme un moyen de s’extirper du travail inhumain qu’ils réalisaient au quotidien.

 

Dans la ronde de capoeira, jouer n’est pas suffisant, Il faut voyager. 

 

 Ce voyage se fait à deux à l’intérieur du cercle. Ce cercle symbolise le monde que vous allez devoir explorer toi et ton partenaire de jeu.

 

  Peu importe la destination au final, le plus important est ce que vous allez vivre durant ce voyage, les échanges qui vont se produire, vos réactions, les émotions qui vont en découler.  

 

  Ce périple débute et prend fin avec l’appel du berimbau. Quand on commence, c’est toujours effrayant de rentrer dans la ronde. Serai-je à la hauteur ? La personne en face de moi est plus expérimentée. Je risque de ne pas apprécier cette expédition.

 

  La curiosité prend le dessus et on se jette à l’eau. A la fin du jeu, on se rend compte que l’on a appris davantage sur nous, sur nos capacités et nos limites.  

 

  L’unique façon de se connaître est de se faire peur, de se challenger, de jouer avec la mort. Voilà pourquoi tu dois chercher cette peur, cette petite appréhension avant d’aller à une ronde. C’est le signe que le voyage te réserve de belles surprises. 

 

   Vou vadiar

  Même si le blog est sur le thème de la capoeira, j’ai choisi de ne pas mettre le mot capoeira dans le titre du blog. 

 

  Mon envie est d’aller bien au-delà de la capoeira, d’aller en dehors de la ronde de capoeira. Je veux utiliser celle-ci comme instrument au service de soi.  

 

  A travers ce blog je te livre mes expériences mais le sujet principal c’est toi avant tout chose. L’objectif est de mettre tout en oeuvre pour t’améliorer au quotidien et d’améliorer ta capoeira. 

 

Le voyage: un des piliers du capoeiriste

Le voyage: un des piliers du capoeiriste

Dans la capoeira il y a 3 piliers: 

-l’entraînement 

-l’alimentation

-le voyage

Le thème de la vidéo

  Dans cette vidéo on va parler du 3ème pilier. Celui que les capoeiristes affectionnent le plus. Que tu viennes de débuter ou pas le voyage fait partie du passage obligé de tous les capoeiristes. 

  Le maître Joao Grande en est l’exemple vivant, à plus de 80ans il continue de sillonner le monde. Il est régulièrement invité pour partager son savoir, son expérience et sa connaissance. 

Dans la vidéo nous allons aborder quels sont les motifs qui nous poussent à voyager, j’en ai listé 3. 

Les 7 qualités du capoeiriste

Les 7 qualités du capoeiriste

Temps de lecture: 5min30.

C’est nouveau! je te lis l’article.

Quels sont les qualités d’un bon capoeiriste ?

 

S’il y avait un modèle à suivre dans le monde de la capoeira. S’il y avait un idéal vers lequel tous devraient tendre lequel serait-il?

 

Le monde de la capoeira est un monde qui évolue sans cesse. Les gens, les jeux, la composition de la bateria changent mais l’essence reste la même.

 

Nous avons à la fois une transformation de la capoeira dans le temps et dans l’espace.

 

Elle est temporelle car au fil des siècles la capoeira a eu plusieurs visages. Tantôt violente, tantôt guerrière, quelquefois folklorique et parfois plus académique.

 

Elle est géographique dans la mesure où les foyers où la capoeira est apparue ont vu éclore des styles différents.

 

La capoeira pratiquée en Europe par exemple ou bien dans d’ autres pays américains n’est pas appréhendée de la même manière.

 

Malgré ces différences, se cachent des points de convergence parmi toutes ces expressions de la capoeira.

 

  Des critères qui permettent de qualifier ce qu’est un capoeiriste.

 

 

 

Passons-les en revue mais avant de commencer je dois te prévenir d’une chose.

 

Ceci n’est pas une check-list que tu dois lire en repérant quelle qualité tu possèdes et lesquelles tu n’as pas encore.

 

Tu dois chaque jour travailler sur ses points et chercher à t’améliorer sans cesse !

 

Créativité

Beaucoup l’oublient malheureusement mais la créativité est la qualité première du capoeiriste.

 

Pense aux premiers capoeiristes qui ont développé celle-ci. Comment sans créativité auraient-ils pu dissimuler cette lutte comme ils l’ont fait ?

 

Comment sans créativité auraient-ils fait pour ne pas éveiller les soupçons de leurs ennemis ?

 

La capoeira est un jeu, un dialogue, une pièce de théâtre où chacun doit sortir son meilleur jeu d’acteur.

 

La roda est notre espace d’expression, notre scène.

 

Apprendre vite

Apprendre c’est faire des erreurs. C’est la façon la plus rapide et la plus efficace.

 

“Cair e levantar” expression très appréciée des capoeiristes qui signifie tomber et se relever. Elle reflète exactement cette idée là.

 

Beaucoup se focalise sur la chute or le plus important est de se relever le plus vite possible.  C’est de cette façon que tu cerneras tes points faibles et donc travailler dessus pour les effacer.

En plus de cela, quand le capoeiriste tombe, il tombe bien ! Demande à Vinicius de Moraes il en sait quelque chose!

 

Désensibilisation

 

La désensibilisation se fait sur 2 plans

 

Le premier est le plan physique. La version extrême de cette désensibilisation est le capoeiriste Besouro Manganga, connu pour avoir le corps fermé.

 

Le second est sur le plan mental. Peu importe ce que les gens disent tu continues de suivre un seul et même leitmotiv.

 

Mestre Bimba a passé sa vie à mettre au point une lutte plus efficace que la capoeira qu’il avait apprise qu’il a appelé lutte régional bahianaise.

 

Mestre Pastinha n’avait qu’un seul mot d’ordre préservé la tradition de la capoeira Angola. Il ne l’a pas créée mais il l’a dénommée ainsi et de nombreux capoeiristes aujourd’hui reprennent cette expression.

 

Mestre Camisa a fondé le groupe qui possède le plus de capoeiriste dans le monde : Abada Capoeira. Une leçon en termes d’organisation et d’expansion

 

Goût de l’effort

 

Tout ce qui est facile n’a pas de valeur. Fuis cela tu n’en as pas besoin.

 

Privilégie les quêtes difficiles aux quêtes express. Sur le long terme ces choses-là perdurent et ont beaucoup plus de valeur.

 

Etre en 1ère en ligne 

 

Un bon capoeiriste se doit d’être en 1ère ligne en tout. Donner l’énergie lors des rondes, prêter main forte à son maître, prendre soin de ses élèves, s’occuper des instruments.

 

Prend exemple sur les grands chefs de guerre : César, Alexandre le Grand, Charlemagne entre autres.

 

Ces combattants étaient toujours en 1ere ligne lors des combats. Ils se levaient les premiers et se couchaient les derniers. Ils prenaient soin de leurs soldats et de leurs équipements.

 

C’est la même chose pour le capoeiriste !

 

S’entourer des meilleurs

 

Les bons capoeiristes ont le don pour s’entourer des meilleurs.

 

Ils ne recherchent pas des vassaux mais forment des disciples qui pourront les surpasser un jour.

 

Ceci est possible car le capoeiriste et ses élèves sont liés par la même philosophie et la même culture.

 

Concentration et Focalisation

 

 

Nous sommes dans un monde où il est de plus en plus difficile de garder son attention.

 

Ne fais pas comme tout le monde reste focalisé sur les fondamentaux de ton groupe ou ceux qu’inculquent ton maître.

 

Mark Twain disait à partir du moment où tu te retrouves à faire comme tout le monde, c’est le moment de s’arrêter et de se remettre en cause.

 

Par définition tout ce que fait la moyenne est médiocre, fade et insipide. Les gens moyens tenteront de te dissuader de revenir parmi eux d’où l’importance d’être extrêmement concentré en tout temps, dans la ronde comme à l’extérieur de celle-ci, durant tes entraînements et au quotidien.

 

 

 

 

 

 

 

Faire de beaux jeux dans la roda de capoeira

Temps de lecture: 3min25

petite nouveauté, je te lis même l’article!

Réaliser des beaux jeux de capoeira

 

   La capoeira a plus de 3 siècles d’existence. Une existence marquée par des événements tragiques et violents qui l’ont rendu plus forte au fil des années.

  Au début du 20ème siècle, les « valentões » cèdent petit à petit leur place à une autre classe de capoeiriste soucieuse de l’image de la capoeira. 

  Le « Jogo da capoeira » se structure davantage, les maîtres instaurent des codes de conduite pour assurer le bon déroulement des jeux.

 

O jogo da capoeira

 

   Entrer dans une ronde de capoeira et jouer dedans consiste à enchaîner de beaux mouvements : c’est l’idée que j’avais de la capoeira en commençant.  

  Naturellement, pendant mes premières années je me suis focalisé sur les beaux mouvements de la capoeira : en majorité les acrobaties et les coups de pieds. 

  Une fois que j’avais acquis de nouveaux mouvements, je tentais de les effectuer dans la ronde. Plus j’en passais dans la ronde mieux c’était. J’apprenais même des suites de mouvements prêtes à l’emploi pour briller dans les rondes.

  Ma vision du jeu de la capoeira était biaisée car trop égocentrée. Au fond de moi, je savais que quelque chose allait mal mais je ne savais pas quoi.

 Un caillou dans une chaussure trop petit pour que l’on s’arrête de marcher mais qui nous gêne de plus en plus. Puis à un moment donné survient un déclic, où l’on décide enfin de s’arrêter et d’enlever ce maudit caillou.

 

L’élément déclencheur

 

  Ce déclic je l’ai eu en effectuant mon premier voyage au Brésil en 2009. Une expérience incroyable ! 29 jours passés dans le pays où la capoeira est né, baigné dans un climat si particulier où la capoeira se vit 24h/24.

 

  J’ai eu l’opportunité de jouer et de me confronter à différents styles de jeux. Jouer ainsi de manière intense m’a fait prendre conscience des limites de mon jeu.  Je jouais tout seul.

Je pense qu’il n’y a rien de pire qu’une personne qui ne t’écoute pas alors que tu lui parles ou même pire ! Elle fait quelque chose d’autre en même temps.

Dans la capoeira je faisais exactement la même chose. La beauté ne réside pas dans la nature du sujet mais dans son expression.

  Je vais réécrire cette phrase pour que tu comprennes bien car elle m’a été d’une aide capitale pour mieux jouer dans les rodas: La beauté ne réside pas dans la nature de l’objet mais dans son expression. 

   Faire de ton jeu une succession de jolies mouvements bien exécutés n’est pas la bonne façon de faire. Un jeu devient beau à partir du moment où tu réussis à être sur la même longueur d’onde que celui avec qui tu joues comme lors d’une discussion.

   Rappelle-toi de tes plus belles discussions, celles qui t’ont marqué et qui ont fait de toi l’homme ou la femme que tu es aujourd’hui. Il y a de fortes chances pour que ces discussions aient été profondes où chacun en est ressorti pleinement satisfait.

 

La beauté du jeu 

  En te focalisant sur la personne que tu as en face de toi, tu cesseras d’être obnubilé par quelle esquive ou quelle acrobatie tu dois faire. Tu seras libéré de tes doutes, de tes angoisses, de tes peurs et tu pourras enfin passer un bon moment.

C’est finalement de cette façon-là que tu pourras produire de beaux jeux de capoeira.

 

Pourquoi la capoeira est si complexe?

Pourquoi la capoeira est si complexe ?

La vie est composé de 3 phases :
  • Enfance
  • Adolescence
  • l’âge adulte
  Durant l’enfance, notre vision du monde  est restreinte. On se lève, maman nous donne à manger, on joue ensuite on dort et cela recommence. Aucune contrainte mis a part celle de suivre ses parents et de leur obéir.
   L’adolescence est une étape de transition pendant laquelle le corps se transforme considérablement. Jour après jour, l’adolescent s’émancipe et gagne en autonomie.
 Puis vient l’âge adulte, où il est maintenant un être accompli prêt à faire aux difficultés de la vie. A chaque étape de notre existence, notre vision du monde change.

Vision du monde

  Le monde qui nous paraissait parfait et idyllique dévoile peu à peu ses imperfections. Certains s’en accommodent et  ferment les yeux. Les autres veulent satisfaire leur curiosité et savoir d’où viennent ces imperfections et pourquoi elles sont là.

 Grandir n’est pas vivre avec des certitudes bien au contraire. Grandir c’est se faire a l’idée que le monde est incertain. Tout peut arriver n’importe quand et à n’importe quel moment.
Notre unique but est d’être prêt. Prêt a faire face à l’imprévu.
« Passar bem passar mal tudo na vida é passar »  Que ça se passe bien ou mal tout dans la vie n’est que passage.
 Nous vivons dans une stabilité plus que précaire. Chaque jour nous assurons tant bien que mal nos besoins primaires comme celui de boire, manger, vivre en sécurité avec l’espoir que demain sera un jour aussi paisible qu’aujourd’hui.
  Notre monde se caractérise donc par son instabilité et son imprévisibilité. En même temps, il est d’une résilience et d’une efficacité hors du commun. La nature résume à elle seule cette idée là.
Ses cycles sont parfaitement rodés. La notion de déchets est absente dans la nature, en effet, chaque composante a une fonction correctement définie, une raison d’être.
De cette dualité naît la complexité du monde.

La ronde de capoeira

  Les anciens disent que la ronde de capoeira est l’allégorie du monde. C’est pour cela que nous sommes disposés en cercle où chaque jeu naît de la bateria  (l’orchestre ) plus précisément au pied du berimbau.

  L’essence du jeu de la capoeira est intimement lié avec la bateria.  La forme du jeu dépendra des deux capoeiristes qui se font face.  Chacun d’eux se distinguent par leur vécu, leur expérience et leur humeur.
  Toute situation rencontrée dans la ronde de capoeira constitue un apprentissage de la vie. La ronde de capoeira outrepasse le simple fait de se dégourdir les jambes. Elle se transforme en un véritable outil de développement de soi permettant par la suite de mieux comprendre les autres en entrant en empathie avec eux.
  La capoeira ne cessera d’être complexe tout comme le monde ne cessera de l’être lui aussi. C’est pour cela que nous développons des systèmes permettant aux gens d’avoir un cadre dans lequel ils peuvent évoluer convenablement.
  La capoeira possède aussi ses propres cadres permettant aux capoeiristes de jouer, de « vadiar » dans la ronde de capoeira. Ces cadres nous guident et nous accompagnent, ils  nous (re)donnent de l’assurance, de la confiance pour se sentir bien puis, dans le futur, aller en explorer d’autres.

Analyse de jeu: Mestre João Grande et João Pequeno

    Analyse de jeu – Mestre João Grande et Mestre João Pequeno

Tu peux te diriger directement en bas de l’article pour visionner la vidéo!

Contexte

Lieu: Etats-Unis, Washington DC, Evènement organisé par le Mestre Cobra Mansa, co-fondateur de la Fondation Internationale de Capoeira Angola (FICA)

  • Les deux capoeiristes João Pequeno e João Grande sont deux amis de longues dates
  • Citation de Pastinha: Ils seront les grands capoeiristes du futur et pour cela j’ai travaillé et lutté avec eux et pour eux. Ils seront maîtres, pas des professeurs sans aucune préparation come il en existe par ici et qui sont là pour détruire notre tradition qui est si belle. A ces garçons j’ai enseigné tout ce que je sais, même le saut du chat

Au pied du berimbau

  • João Grande donne le gunga puis chante « Devagar, devagarinho »
  • Ce dernier fait de grands gestes, il est debout
  • Le maitre João Pequeno est calme, observateur, prêt

 

Au centre du cercle

  • Notons l’intelligence des deux capoeiristes le jeu est posé, sans précipitation en harmonie avec l’orchestre et le chant
  • La température va commencer à monter! La capoeira est un jeu de provocation, il faut pousser l’autre à commettre une erreur

Péripéties

  • João Grande(JG) reçoit une cabeçada
  • Il félicite João Pequeno (JP) et l’invite à faire le tour du monde.
  • Le public exulte
  • Chamada de João Grande
  • João Pequeno sort en au com rolé, impressionant pour son âge. Il a  81ans !!
  • Le public s’anime, les capoeiristes aussi
  • J.G feinte Joao Pequeno en simulant un rabo de arraia
  • J.P contre et c’est parti pour un jeu de questions réponses

Fin du jeu

  • Le jeu se termine comme il a commencé par l’ovation du public. Un immense respect se dégage entre les deux capoeiristes et les personnes présentes dans la ronde